Le film de Gerorges A. Roméro, « La Nuit des Morts Vivants » prend un sens très actuel dans un monde où tout est lié au consumérisme.
Il pose également des questions sur la place de l’humain dans la société, l’égoïsme, le racisme quotidien.
Nous avons décidé de travailler autour de ce film en articulant deux axes :

– Musical.

La musique est jouée en trio avec Eric Brochard, basse, Fabrice Favriou, guitare et Etienne Ziemniak, batterie.
Elle se veut volontairement très saturée où le flot d’informations est constant.
Elle pourrait s’apparenter à des genres musicaux tels que le mathcore ou le grindcore ou la noise-music, mais est totalemnt improvisée et laisse donc la porte ouverte aux expérientations les plus ardues.

– Visuel.

Nous avons voulu symboliser cette frénésie de consommation en plaçant 40 téléviseurs servant de support sur le plateau, soit à côté, soit derrièrer les musiciens.
A la manière des portails médias où tout est saturé d’informations, de publicités, Emilien Denis projette le film dans son intégralité sur ces 40 téléviseurs
et se sert des images comme matière première pour un travail de déstructuration de l’image.