« Le contrebassiste Éric Brochard est un de ces musiciens qui travaillent au corps leur instrument et continuent inlassablement de l’explorer. Comme si sa contrebasse devait parler sous l’assaut de ses doigts et révéler tout un monde d’histoires enfouies. Qu’il frotte, frappe, caresse, gifle ou pince les cordes, il parvient toujours à exhumer des sons bruts de décoffrage et dénués d’artifices. Et de cette étreinte tour à tour tendre et fiévreuse, naît une sorte de langage animal, vierge, venu de la nuit des temps. En privilégiant l’écriture (automatique) du geste, les rythmes versatiles, les parties mélodiques griffées par des accidents de parcours…, Éric Brochard confère à chacune de ses représentations un caractère cérémonieux et aléatoire en inventant une musique organique, en perpétuel mouvement. Une musique qui sonne comme une délivrance »     Bernard Prouteau

Contrebasse solo, enregistré dans l’abbaye de Noirlac.